L’autre chemin

3

L’autre chemin

Vallée d’Acon, 2009

Baie d’Authie, 2009

Saint-Aubin-Rivière, 2011

Frémontiers, 2011

Œuvre sonore, sentier, végétation variée, 18 casques audio, amplificateur sur batterie

Cette série toujours en cours repose sur une tentative d’expérimenter l’écoute d’une œuvre dans le paysage.

Les lieux, identifiés lors de promenades, ont été choisis pour leur singularité et leur intérêt sonore. Nous arpentons chaque lieu en marchant et en écoutant, avant d’y collecter des sons. La marche, réalisée de jour comme de nuit, nous permet de vivre avec le lieu, et d’en éprouver le rythme. L’écoute est une tentative d’épuisement du lieu, une tentative de saisir ce qui du plus audible au plus infime le caractérise en propre dans sa dimension sonore, à un moment donné. C’est l’écoute et l’expérience physique du lieu qui déterminent la collecte des sons et le travail d’écriture sonore réalisé par la suite. Cet aller-retour entre le lieu expérimenté et les sons collectés va préciser notre intention pour la création sonore destinée au lieu. En baie d’Authie, nous travaillons les transformations de la végétation le long du sentier, à Frémontiers le glissement de la nuit au jour, en vallée d’Acon la confrontation de la persistance des vestiges romains avec l’hypermobilité contemporaine…

Une fois la pièce sonore réalisée, nous définissons un parcours de marche dans le lieu. Le public est invité à nous accompagner en groupe sur ce parcours, pour une marche d’écoute d’environ une heure au cours de laquelle nous engageons les marcheurs à rester silencieux, pour permettre à chacun de se concentrer et d’établir une relation avec ce qui l’entoure. Nous ménageons des haltes de quelques minutes le long du parcours pour que chacun puisse vivre une expérience d’écoute attentive et progressive des sons présents.

La marche et les haltes constituent les préliminaires à une tentative d’expérimenter l’écoute d’une œuvre dans le paysage. Lorsque nous parvenons à l’emplacement prévu, la pièce sonore créée pour et avec le lieu est diffusée à l’aide de casques fermés qui isolent les auditeurs des sons ambiants. Nous sommes maintenant assis, immobiles. C’est un autre lieu et une autre temporalité qui viennent alors temporairement, le temps de la diffusion (une dizaine de minutes), remplacer ceux que nous avons expérimenté avant.